Championnat Indoor 2015 – DR1 Retour – Le Havre 21 et 22 février 2015

SAMEDI
9:00
J’suis deg.
Je sais bien que j’ai une vertèbre qui fait un peu la gueule, mais quand même c’est con ! Des dizaines de séances d’ultimate, le jardinage, le carrelage, l’isolation et la petite depuis 18 mois : rien du tout. Et la semaine dernière rien qu’en levant un peu le coude…
Crac ! Bloqué !
Impossible de jouer dans ces conditions, le toubib m’a même filé des antidouleurs. Du coup me voilà en mode spectateur… Je sais pas pourquoi mais j’ai l’impression que ça va être stressant. D’ailleurs les couinements de la voiture de Chad ne me rassurent guère. Chacun des mécanismes de ce véhicule semble hurler à la mort.
Un peu comme moi, remarque…

10:30
Le Havre… C’est spécial comme coin. On est pas encore en ville et il y a des bâtiments industriels à perte de vue et des centaines de cheminées d’usine qui crachent une fumée anthracite. Ca fume tellement que j’ai l’impression d’être à un concert de reggae.
10:45
On est un peu en avance donc tant qu’on y est, faisons un peu de tourisme vite fait. Ouais vite fait parce qu’il va falloir trouver une auberge assez tôt pour manger.
Le style de la ville est… comment dire. Oriental. Enfin l’orient de l’Europe, hein, je précise. On pense de suite à l’Ukraine, à la Biélorussie. Y a pas à dire ça dépayse.
11:00
On a trouvé la plage ! Allons-y et prenons un disque.
Alors c’est pas vraiment Bora-Bora. Il fait pas beau, y a du zef, la plage c’est des galets et des bouteilles plastique, et l’horizon est obstrué par le ballet des supertankers et des porte-containers. Du coup la session de passes est pas très confortable mais François a dit c’est pour s’entraîner à jouer en environnement hostile et renforcer nos chevilles pour le prochain retour sur notre terrain des Loges : #MarkLanders
Par contre y a pas d’auberge dans le coin donc faudra bouger. Les commerces du front de mer font plus dans les forfaits révision et plaquettes de frein que dans les mojitos.
11:30
On s’est garé à côté du gym et on vient de trouver un petit resto libanais. Les gars de l’autre voiture le jouent soft dans un café avec un petit déj léger car on est à 1h du premier match. Mais là, le m’inquiète pour la digestion du chawarma et du hoummous bien épicé.
On verra bien.
13:30
J’avais dit que je mettrai à profit mon inactivité forcée pour prendre des photos, mais le scénario hitchcockien de ce premier match contre Frisélis m’a scotché. Cramponné à la barrière des gradins j’ai assisté à notre victoire 11-10 au golden point sans prendre le moindre cliché.
Un match hyper serré du début à la fin avec 2 turn-over dans le dernier point. Bref, bonjour le stress. Heureusement que Brama est là pour nous faire marrer avec ses upside. En tentant un shoot à 3 points, il a fait un trou dans la planche du panier de basket.
Le match suivant est contre Synoptic. Là, fini de rigoler, j’ai encore en travers de la gorge la défaite de la dernière fois. Mais je crois que j’ai trouvé la stratégie ultime pour motiver les gars et nous assurer la victoire.
15:45
Yes ! Encore gagné. 10 à 8. Belle victoire.
Evidemment, comme d’habitude on se fait remonter sur la fin mais on avait mis le paquet dès le départ avec un écart de 5 points rapidement. Peu de turn-over et grosse défense.
L’instant rigolo du match nous a été fourni par Mika qui a le mérite de toujours essayer d’appliquer en match les techniques travaillées à l’entraînement. Le crapaud tenté sur le dernier point ne sera pas accordé à l’unanimité, mais on se rappellera longtemps de la grâce et de l’esthétisme de ce geste.
Ah oui, un truc à noter pour plus tard : il faut penser à mettre Lolow sous tension en début de compète. On avait oublié et forcément il a pas touché un disc sur le premier match. Allumée, programme « renard des surfaces » sélectionné, La Machine tourne à plein régime et score 5 des 10 points marqués par l’équipe contre les Syno.
Je vous avais parlé de ma stratégie ? Je pensais pas que ça serait aussi efficace ! Mais maintenant je suis bon pour payer ma tournée de bière ce soir. Bah, c’était pour la bonne cause. D’ailleurs j’ai fait une relance ; j’ai dit que je payais le resto en cas de montée directe en N3. Tant qu’on gagne, moi je joue !
18:15
Là on est dans les rue du Havre  la recherche d’un troquet pour la tournée de bière.
On en a testé un tout à l’heure mais on est reparti au bout de 5 minutes. Il était cool pourtant. Déco chaleureuse, bonne ambiance et match du PSG à la télé. Mais y avait trop de monde, impossible de s’asseoir. Les gérants ont tout fait pour nous retenir en nous proposant la salle spéciale du sous-sol : mobilier argenté, hôtesses en petite tenue et alcools à volonté. Mais Enguy a pas voulu et il a fait un caprice car y avait pas la télé et il pouvait pas voir le match. Donc on est pas resté dans l’espace VIP avec les filles et le champagne.
23:00
On vient de sortir du restaurant et j’ai la tête qui tourne. La double pinte de bière au pub était déjà sévère pour commencer, mais le vin et le Calva du restau étaient peut-être too much. Remarque c’est pas moi qui joue, et quand je vois les tronches défaites de certains je me demande comment ces gars-là arriveront à catcher des disques demain matin.

DIMANCHE
12:20
C’est la cata. On vient de perdre contre le PUC. Adieu la première place, le trophée, et bonjour le play-off à l’autre bout du monde. Pfff
Faut dire, à force de jouer les matches au golden point, il fallait bien qu’il y en ait un qui nous échappe.
On avait bien commencé la journée pourtant : un bon match maîtrisé contre les Hultic, victoire 10-5, et dans la foulée on démarre bien contre les PUC. On a 4 points d’avance, et là… le trou noir. Nerveux, on drop et on s’oublie en défense. Moufle d’or pour Guigui au passage qui loupe un catch facile tout seul dans la zone adverse ; genre court-circuit du cerveau pile au mauvais moment.
Les deux défenses d’anthologie de Bram’s et Poulpe sur le dernier point ne seront malheureusement pas converties en point victorieux. Quand ça veut pas…
Par contre ça m’économise un resto pour 9 personnes. Apparemment la carotte est plus efficace quand c’est de la bière… A retenir pour plus tard.

Je résume la situation avant les deux derniers matches : nous sommes à égalité avec les Frisélis mais le goal-average est largement pour eux. Donc pour repasser premier il faut gagner les Révo (faisable) et compter sur une défaite des Frisélis contre Synoptic.
Bref le destin n’est plus entre nos mains et on peut plus rien faire…
Quoique… Je retenterais bien ma technique… Pourquoi pas ?…
16:00
Ils l’ont fait ! Les Syno ont sorti un gros match et ils ont gagné. Nous sommes donc Champions de la Région Nord/IDF et nous montons directement en N3 !
Je vais devoir casser mon PEL car je dois une nouvelle tournée de bière pour toute l’équipe des Synoptic. Sans oublier le restau pour les Frogs. C’est vraiment efficace cette technique mais ça va finir par me couter cher cette histoire.
17:00
Nous recevons notre trophée des mains de l’orga et savourons cet instant en faisant un petit bilan. Cette compèt se joue dans un mouchoir de poche et les 4 équipes de tête avaient un niveau similaire. J’aurais aimé jouer ces matches mais je dois avouer que Chad m’a remplacé avec classe. J’ai trouvé Mika excellent ; très productif en attaque comme en défense et quasiment pas d’erreurs. Sans surprise, nos meilleurs scoreurs sont Poulpe, Lolow et Mika.
Il y a eu du mieux dans le jeu offensif je trouve, mais encore trop de drops et de passes trop risquées qui coûtent cher.
19:00
Gueuleton de fin de week-end au marocain à côté de chez Enguy où Val nous rejoint. Le couscous passe plutôt bien.
Bad karma au moment où Enguy officialise son déménagement en Autriche à la fin de la saison. Ach Nein !
Mais il sera avec nous pour tenter d’obtenir le maintien en N3 Outdoor, car ça va bientôt commencer.

Mais là tout de suite, j’ai un petit coup de barre. (Baille) Je crois que je vais bien dormir…

 

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.